Herménégilde Chiasson se décrit lui-même avant tout comme un artiste visuel mais il crée aussi dans le domaine de la littérature, du cinéma, et du théâtre ; depuis la fin des années 1970, il se consacre surtout aux arts. Il aborde par le regard les différents arts, comme le démontre son premier recueil de poésie, Mourir à Scoudouc, publié en 1974, mais aussi ses œuvre subséquentes. Il décrit des scènes quotidiennes dans Existences (1991) et Miniature (1995), qui lui vaut le prix de poésie Terrasses Saint-Sulpice1. Dans Conversations (1998) et Actions (2000), ses poèmes sont condensés dans une phrase ou deux alors qu'ils s'allongent et s'approchent de la satire dans Climats (1996). Sinon, il joue avec le lyrisme dans Vous (1991) et dans Béatitudes (2007), gagnant respectivement le prix France-Acadie et le prix Champlain. Il écrit la plupart du temps en prose et tend vers le récit, qui peut être poétique comme dans Légendes (2000) ou plutôt proche de l'essai comme Pour une culture de l'injure (1999) et parfois inspiré par son passé comme dans Brunante (2000), lauréat du prix Éloizes.