Après deux recueils de poésie lyrique (1999 et 2008), poète montréalaise Maxianne Berger se penche surtout sur les formes japonaises. Avec le franco-ontarien Mike Montreuil elle codirige la revue électronique Cirrus : tankas de nos jours. Ses propres haïkus, tankas, formes liées, recensions et articles, en anglais et en français, ont été publiés dans des revues et des collectifs aux États Unis, en Europe, en Océanie, et au Japon, ainsi qu’au Canada. Un recueil bilingue de tankas, un renard roux / a red fox, son troisième livre, a paru en 2014 (Éditions des petits nuages). Elle s’adonne aussi aux contraintes du OuLiPo : son dernier ouvrage, Winnows (Nietzsche’s Brolly, 2016), contient 136 haïkus « vannés » par un effacement radical du roman Moby Dick de Herman Melville.